Lettre du Résident Supérieur au Cambodge au Gouverneur Général de l’Indochine

Cette lettre du Résident Supérieur au Cambodge au Gouverneur Général de l’Indochine datée du 16 septembre 1914 est intéressante à plus d’un titre. Tout d’abord, elle évacue complètement les responsabilités de l’administration coloniale dans l’assassinat d’Henri Maitre. Les exactions, violences et mauvais traitements du Balat Néang à l’encontre des coolies passent complètement à la trappe. Tout juste est évoqué « un fonctionnaire indigène, chef de poste, qui s’était, par ses exigences, aliéné les sympathies des habitants. »

Remarquable retournement de situation, ou comment transformer un petit tortionnaire en un fonctionnaire trop scrupuleux.

En ce qui concerne le chef rebelle Pa-Trang-Leung, force est de constater que ses motivations font suite à un châtiment d’Henri Maitre contre sa personne en 1912-1913, sans d’autres précisions. Il s’agit en réalité d’une reprise en main par l’administration coloniale de la situation d’insurrection en 1912 en envoyant des détachements armés de la garde indigène après l’attaque par des rebelles du poste de Ban Pu Sra. (Voir biographie)

Enfin, la deuxième partie de la lettre est un véritable panégyrique d’Henri Maitre. Elle met en avant sa personnalité brillante : un jeune fonctionnaire érudit, actif et énergique, dont la carrière s’annonçait prometteuse.

Elle évoque ensuite ses deux oeuvres écrites : « Les régions Moï du Sud Indochinois » publié en 1909 ainsi que son journal d’exploration dans la région des Mnongs et des Stiengs indépendants en territoire cambodgien paru en 1910 sous le titre : « Les jungles Moï ».

sc0005b670

sc0005d47a

sc0007e5fc

sc000808bb

 

 

 

Publié dans : Non classé |le 19 décembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Histoire, géographie, éduca... |
Amoursucrefictions |
ADIRP de l'AUBE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | histoiregeoenligne
| Matshewk
| Degardin